EN // FR // DE
Non identifié
S’identifier / S’inscrire
Bienvenue sur les forums du webdocumentaire Prison Valley. Ici, on discute des prisons, on partage les savoirs, et on débat entre internautes du monde entier. Dans le respect et la courtoisie. Le film-expérience Prison Valley : c’est ici.

Prison Valley : un webdocumentaire

  • 21 Commentaires

Un nouveau format de documentaire à paufiner ?

  1.  
  1.  
    Voici une petite réflexion sur ce nouveau format de documentaire : L'aspect vidéo-ludique de l'ensemble (pourtant très attractif) et le fait de qualifier les différents témoins ou contacts des journalistes de "Personnages" ne tend-il pas à rendre fictif le documentaire ou du moins à le rendre moins réaliste qu'un reportage classique ?
     
    Posté par Mikagaia
    le 23/04/2010 (édité le 25/04/2010)
  2.  
     
    Ce format est très intéressant par la proximité qu'il offre avec les intervenants du film et les interactions nouvelles qui garantissent une immersion totale dans le sujet.
    Bravo pour votre travail de fond (le reportage), et pour sa forme (interface, communauté, appli iPhone) !
  3.  
    • David Dufresne Équipe Prison Valley
    • le 25/04/2010 (édité le 25/04/2010)
     
    Cher Mikagaia,

    Merci pour votre participation. Vous avez raison, nous avons beaucoup tergiversé sur le qualificatif de nos... contacts/personnages.
    * «Contact» a un défaut: il est administratif, froid. Or, Prison Valley est une succession de rencontres. On a écarté ce mot.
    * «Protagonistes»: nous l'avons longtemps utilisé entre nous mais il semble moins parlant que "personnages".
    * «Témoins»: certains de nos interlocuteurs sont plus que témoins, ils sont acteurs. On a écarté.

    Du coup, nous sommes revenus au mot «personnages» car certaines personnes du film nous semblent l'être littéralement, au sens cinématographique du terme. Mais la discussion est... ouverte... par vous. Merci encore.

    Quant à peaufiner le genre, entièrement d'accord avec vous: c'est la beauté du webdoc, tout est à inventer ou presque ,-)
  4.  
     
    Je suis bluffée par la qualité de votre documentaire, c'est la première fois que je vois un "webdocumentaire", j'ai eu l'impression de rentrer dans une sorte de plateforme interactive sur fond de jeu de piste ou nous pouvons intervenir, réagir à tel commentaire ou telle vidéo, on a l'impression de faire parti en quelque sorte du documentaire. Passionnant en tout cas !
  5.  
     
    En toute sincérité, j'ai adoré votre travail. Reste que la perfection n'existe pas et que la critique est toujours constructive.
    En tout cas, je fais la promo de votre travail autour de moi. Il me semble essentiel d'interpeller les citoyens sur les conséquences liées à un état sécuritaire et à la marchandisation de l'humain.
  6.  
    • coco
    • le 26/04/2010
     
    Bonjour,
    Bravo pour ce webdocumentaire. Il est très bien ficelé. J'ai juste une interrogation concernant l'interactivité avec les personnages du film. En regardant les messages sur le forum je n'ai pas l'impression que cela fonctionne. Est-ce que ce n'est pas un peu utopique? Ou est ce que c'était juste un argument "marketing"?
  7.  
     
    @Coco: merci pour votre participation. Le dialogue avec les personnages, un argument marketing? Vous n'y êtes pas. Pour l'heure, peu d'internautes n'ont encore interpellé réellement les témoins du film. Qui sont, bien entendu, libres, entièrement, de répondre ou non. Deux ont déjà signalé leur présence (voir en version anglaise, comme de juste). Merci à vous et à bientôt!
  8.  
     
    @ David Dufresne, encore bravo pour ce magnifique travail...

    @ Mikagaia, "qualifier les différents témoins ou contacts des journalistes de "Personnages" ne tend-il pas à rendre fictif le documentaire"
    J'avais écrit, il y a près d'1 an dans ma thèse pro sur le webdoc (c'était à propos de Gaza-Sderot) :

    [...] Par les mécanismes d’identification, votre imaginaire travaille fort, remettant en question les clichés (entretenus par le regard de l’actualité),
    bouleversant vos préjugés, amenant sa part de fiction à l’histoire pourtant bien réelle.
    La personne devient alors personnage de votre propre « film ».
  9.  
    • David Dufresne Équipe Prison Valley
    • le 04/05/2010 (édité le 04/05/2010)
     
    A noter que la question de l'utilisation du terme «Personnages» rebondit sur le blog «Film Bazar» sur LeMonde.fr C'est à lire ici: http://cinema.blog.lemonde.fr/2010/05/04/prison-valley-web-documentaire-ou-web-reportage/
  10.  
     
    Voici un nouveau champ très intéressant. Je pense que ce webdocumentaire va faire beaucoup de petits prison valley dans le genre. Mon seul reproche concerne la musique... c'est toujours la même chose avec les produits télé, on a le droit à toujours ces musiques frissonnantes pondues au kilomètre. Mais ceci est un détail, par rapport aux solutions graphiques et interactives que propose ce travail. Comme vos précédents visiteurs, je fais tourner.
  11.  
     
    @Lui2Lille: merci pour votre enthousiasme. Une petite précision. La musique a été composée tout sauf au... kilomètre. Je puis vous l'assurer. Vous avez évidemment le droit de ne pas l'apprécier mais cette précision, je crois s'imposait. Une surprise vous attend d'ailleurs ici:
    http://prisonvalley.arte.tv/fr/#/riviera-motel/bed/bonus-prison-valley-music/
  12.  
     
    bonjour, je suis en train de créer un webdocumentaire concernant la notion et la "comparaison" de la précarité en immersion ici à Genève avec une participation au Niger à Niamey sur la pauvreté, la précarité. Ce webdocumentary est pour moi un très bon exercice de style. J' y reviendrai
  13.  
     
    Bonjour,

    J'ai un avis quasi opposé à celui de Mikagaia en effet peu importe le terme de personnage. Le fait d'avoir ainsi regroupé tous les intervenants du film dans un carnet interactif me permettant de les contacter, avec plus ou moins de succès bien entendu, ancre pour moi le film profondément dans le réel. Je regarde la page du groupe les Flumps et je peux aller sur leur myspace écouter leurs musiques, ils existent bel et bien et on tout comme moi une action et une présence dans le monde réel. A contrario je trouve que tout film documentaire même si on le sait parler de chose réel laissera toujours les faits et personnage au delà de la barrière du film. On sait que bien que c'est vrai mais tout comme on sait bien qu'un film de fiction est "faux" pour moi cela créé toujours une distance.
    Ici la distance est doublement amoindri tout d'abord par le processus d'interactivité qui nous fait plongé complètement au cœur de l'investigation. Ensuite par le choix, au combien judicieux de faire dérouler le film comme c'est déroulé sa création (ou en tout cas de nous le faire croire), découvrir peu à peu cette région comme la fait l'équipe. Avancé petit à petit dans l'investigation comme si nous étions nous même en train de la vivre, voir le film en train de se faire, enfin presque.
    Allié au fait que comme je vous l'ai dit cette liste de personnage rende le film profondément ancré dans le réel je me trouve alors dans un documentaire qui m'interpelle vraiment touchant au réel de manière poignante.
    C'est tellement efficace que cela en est même inquiétant, un tel outil pourrais rendre réel des mythes créé de toute pièces, servir d'outils de marketing viral, voire même être le futur de la communication propagandiste.

    Bravo en tout cas pour ce qui est pour moi une véritable réussite.
  14.  
    • David Dufresne Équipe Prison Valley
    • le 09/06/2010 (édité le 09/06/2010)
     
    @Scalde73

    Avant tout, merci infiniment pour votre participation. Je voudrais rebondir sur la fin de votre commentaire («un tel outil pourrait rendre réel des mythes créé de toute pièces, servir d'outils de marketing viral, voire même être le futur de la communication propagandiste.»). Pour être franc avec vous, d'interviews en festivals, de projections en forums, cette question me hante de plus en plus: avons-nous ouvert, avec Prison Valley et avec d'autres, évidemment, une sorte de boîte de pandore ? C'est possible. Tout comme le livre était attaqué à ses origines car pouvant répandre des rumeurs...

    Mais, foin de dérobage, vous avez raison: si nous avons foncé dans cette écriture, que vous appelez «l'interactivité au cœur de l'investigation», c'est bien parce que toute cette interactivité développée (les codes empruntés, par exemple, au jeu vidéo, aux réseaux sociaux, aux tchats, etc,) s'appuyaient sur un socle, un truc à l'ancienne: l'enquête. Enquête que nous avons tenté de rendre la plus solide possible. Mais la question est bel et bien là: que seraient ces outils, ces codes, ces arcs narratifs, sans enquête?

    Ainsi fleurissent chaque semaine des webdocumentaires qui ont l'allure du web, l'allure du documentaire, mais qu'en d'autres temps, on aurait appelé des publi-reportages (tel opérateur de téléphonie comme co-producteur, tel office du tourisme comme donneur d'ordres, etc). Ce n'est rien, mais c'est déjà un signe.

    Et même si nous avons encore de la marge pour réfléchir à tout ça (le danger de la Grande Confusion reste, tout de même, à mes yeux, le 20h toutes chaînes confondues), je vous remercie sincèrement d'avoir soulever ce point. En débattre est un plaisir.

    Pour le reste, merci encore. Sincèrement.
  15.  
    • Ttt
    • le 10/06/2010
     
    Merci pour ce webdocumentaire de grande qualité, mais le fait que le questionnement sur un certain aspect fictif apparaisse me semble justifié.
    J'ai moi-même ressenti un sentiment de gène, au début, face à une interface peut-être trop inspirée du monde du jeu vidéo (chambre du motel par exemple), qui nous replonge instinctivement dans un monde fictif, habituel de ces techniques.
    J'espere voir un développement riche de ce format prometteur, mais il sera probablement nécessaire d'en re-questionner les codes, et de lui trouver une formalité propre, ancré dans le réel.
    Belle réussite en tout cas, et comme les autres, je fais tourner.
  16.  
    • nemO
    • le 16/06/2010
     
    Solution simple : personnes.
  17.  
     
    Je regarde pour la première fois ce webdoc sur lequel on a fait beaucoup d'éloges, notamment au colloque initié par Freelens le we dernier au Comptoir Général. Pour l'heure, Prison Valley semble être le modèle de webdoc à suivre.
    L'interaction est effectivement très web usage, même si le temps qu'on y passe est peut-être disproportionné par rapport aux usages habituel que l'on fait d'internet ?
    J'aime beaucoup le choix que vous laissez dans l'appréciation des sujets traités en diaporama, et d'ailleurs, que faites vous de ces sondages ?
    J'imagine la masse de travail engagé derrière ce format documentaire mais l'enjeu en vaut la chandelle !
    A suivre !
  18.  
     
    Bonjour, je suis actuellement entrain de faire un dossier de synthèse sur webdocumentaire, et je cherche , en vain, le format de chacun ( j'ai bien compris qu'il y a autant de modèles que de webdocumentaires), je cherche aussi les schéma des arborescence interactive de la narration ,auriez vous une idée de comment trouver la vôtre ?Tout ce que je sais c'est que la narration de Prison Valley est dite en " arrête de poisson" ou en " élastique" c'est une histoire centrale qui avance de maniére linéaire oû il est possible de faire des décrochages sur des sujets annexes.Est- bien ça?Merci beaucoup!
    Cordialement, Mélanie.

1 à 18 sur 18

  1.  
 

Forums Prison Valley, propulsé par Vanilla 1.1.10.
ContactsBlogConditions générales d'utilisationInformations légales